Ambiance coqui !

Ambiance coqui !

Assisse sur le lit, j’entends la tonalité du téléphone. Un homme, du service client, décroche.

Bonjour, je suis monsieur Dupont, que puis-je faire pour vous ?

Bonjour, je suis madame Rossi…

Au bord de l’agonie et du fond du cœur, il me coupe :

Écoutez Madame je n’entends rien, c’est infernal, isolez-vous. Faites quelque chose !

J’ai bondi dans la salle de bain attenante, l’ordinateur à la main, espérant que le concert quotidien des coqui serait légèrement atténué de ce côté-là de la maison.

Pour te mettre dans le bain et savoir comment faire disjoncter n’importe quel gars de n’importe quel service client, clique sur ce lien !

Bienvenue à Big Island.

Bienvenue chez Martha et Lynne, du côté d’Honaunau au sud ouest de Big Island. Six semaines au milieu d’un jardin luxuriant avec les grenouilles, accompagnées d’armées de moustiques et avec la bonne humeur de Martha, Lynne, Margaret, Matthiew et Ellery (une jeune helper qui était là pour trois mois).

Nouveau lieu. Nouveau travail.

Mon quotidien sera dorénavant rythmé par les sandwichs du matin, la barbaque pour les BBQ, éplucher, émincer, couper, manger les chutes de cookies, peser, emballer, lécher la cuillère de caramel au miel, la serpillère, croquer dans les noix de macadamia et des tonnes de tonne de vaisselles.

L’immersion dans cette entreprise familiale de tartes macadamia et traiteur à domicile, ne fait pas bon ménage avec la taille de mes hanches. Du travail il y en a beaucoup, six heures minimum par jour, cinq jours par semaine (les sandwichs quotidiennement), à m’activer pour compenser les grignotages de cookies. Trois heures de vaisselles valent bien une bonne séance de gym ! Je la vois qui s’entasse sur les étagères. Des piles de bols, gros plateaux et celui que je regarde d’un œil désespéré, le bol du pétrin mélangeur qui doit bien peser 20kg à lui tout seul.

Une semaine après mon arrivée le 2 juin, nous célébrions les 23 ans d’Ellery avec un délicieux repas préparé par Martha. Alors que je terminais la dernière bouchée de l’omelette norvégienne, je décrétais au dimanche suivant la date de mon nouvel anniversaire.

Ellery, originaire de Californie, a appris le français pendant neuf ans. Alors qu’elle apprend « bouquiner », « paperasserie », moi j’apprends «squishy», «wrinkled», «holler ». Elle aime cuisiner, même après une longue journée passée en cuisine. Tu crois que j’étais heureuse quand elle arrivait les mains chargées de mets succulents ? Et chaque fois, elle dit : « Je sais, c’est beaucoup ». Elle ne sait pas cuisiner pour deux et c’est absolument parfait pour les déjeuners du lendemain.

Quand je n’avais pas les mains dans l’évier, j’étais à Kae Lea South Point sautant dans l’eau, ou à two steps à nager avec les tortues et les dauphins, à me balader à Pololu Valley (magnifique), à profiter du festival du film Hawaï, à déambuler à la Fête de la mangue, à manger du mochi à tous les goûts et du poké à gogo !

La marée haute …

Le 2 juillet, Jessica arrivait, Ellery partait. Et moi j’allais heurter un gros rocher ! Tu as vu le film Au-delà ? C’est la scène du début qui nous intéresse. Celle où Cécile de France est emportée par le tsunami en Thaïlande. Et bien c’est du cinéma, voilà. Elle devrait être morte. Faut que je cause au scénariste !

Cet après-midi là, après une heure de nage, la marée haute et un courant un peu plus fort, surprendront ma sortie de l’eau. Impossible de retrouver les deux marches. Je ne mesure pas la puissance des petites vagues qui viennent s’écraser sur le rivage. L’une d’elle me projettera violemment contre un rocher. C’est le côté gauche du bas du dos qui absorbera le choc ! Voilà, faut que je cause au scénariste.

J’ai quitté la ferme le 15 juillet pour retrouver Maui (une autre île de l’archipel d’Hawaï). Je te donne rendez vous là-bas pour les prochaines aventures !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*